Interview de Déli ROYO, FINANCES & PÉDAGOGIE

Dans Interviews clients , 04 novembre, 2020

La crise sanitaire que nous traversons nous oblige à revoir nos façons de travailler. Pour Finances & Pédagogie, dont le métier est de former aux questions d’argent, il a fallu revoir les méthodes d’animation et s’adapter au contexte particulier. Les équipes de Celencia sont ainsi intervenues durant plusieurs semaines auprès des collaborateurs de Finances & Pédagogie, afin de les accompagner à former à distance. Elles ont apporté leur savoir-faire sur l’animation à distance et l’utilisation des outils digitaux. Autant de clés du succès pour la mise en place de formations à distance par tous les conseillers Finances & Pédagogie.

Déli ROYO, Responsable Développement des Partenariats au sein de Finances & Pédagogie, et Florian PAULINE, Consultant au sein du bureau de Celencia Paris, répondent à nos questions.

Interview Client – FINANCES & PÉDAGOGIE

Présentez-nous votre entreprise, votre secteur d’activité, les tendances de votre marché ?

Déli ROYO :
Finances & Pédagogie est une association qui forme chaque année un peu plus de 40 000 personnes sur des sujets liés à l’argent tels que la gestion du budget, la transmission du patrimoine, la préparation à la retraite, la consommation et bien d’autres sujets encore. Née de l’engagement sociétal des Caisses d’Epargne il y a maintenant un peu plus de 60 ans, l’association s’appuie sur le savoir-faire de ses formateurs, dotés d’une solide expérience en banque, pour dispenser ses programmes.
Ces sujets, que Finances & Pédagogie porte depuis toujours, trouvent aujourd’hui un écho dans l’action des pouvoirs publics et dans la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’Education Financière pilotée par la Banque de France. Finances & Pédagogie, en tant que principal acteur privé dans ce domaine, y prend bien évidemment part et siège au Comité Stratégique, ainsi qu’au Comité Opérationnel. Dans le contexte actuel nous constatons que les thématiques liées au budget et à l’accompagnement des personnes les plus fragiles économiquement sont un enjeu majeur !
Si les questions sanitaires continuent d’être prioritaires, les conséquences du confinement sur le plan économique deviennent de plus en plus prégnantes. Finances & Pédagogie aura son rôle à jouer pour soutenir et accompagner tous ceux qui en auront besoin (Entreprises, Particuliers, Salariés, etc.) comme elle le fait depuis 60 ans.
Des questions d’argent nous en avons tous et il est indispensable d’en parler et d’accompagner ceux qui en font la demande. C’est là notre raison d’être et notre mission depuis notre création et nous continuerons de le faire.

Dans quel contexte avez-vous fait appel à Celencia ? Pour répondre à quelle(s) problématique(s) ?

Déli ROYO :
Avec la mise en place du confinement, nous ne pouvions plus dispenser nos formations en présentiel. Très rapidement pourtant, les retours de nos partenaires (CCI, Missions Locales, Chantiers d’Insertion, Fondation du sport, etc.) ont confirmé notre intuition que les besoins restaient forts sur nos sujets.
Il nous fallait donc trouver des solutions pour répondre aux besoins de nos partenaires, et la seule réponse valable à ce moment-là était la tenue de formations à distance.
Toutefois la formation à distance, même si elle n’est pas totalement différente de la formation en présentiel sur le fond, nécessite de faire appel à des techniques différentes, de mobiliser des outils particuliers et d’aborder certains thèmes de manière parfois plus synthétique.
Il nous fallait donc transmettre à l’ensemble de nos conseillers les bonnes pratiques, les ressorts d’animation à distance et surtout trouver ensemble le moyen d’adapter nos formations à ce format. C’est dans ce cadre-là que nous avons fait appel à Celencia pour ses compétences sur l’animation à distance et l’utilisation des outils de visio et classe virtuelle.

Quels ont été les défis à relever ? En priorité, dans un second plan ?

Florian PAULINE :
Il y a eu, je pense, trois défis majeurs à relever, pour nous mais aussi pour Finances & Pédagogie :
– Le premier est de travailler autrement. Montrer que ce qu’on fait habituellement en présentiel peut se faire à distance et l’accepter.
– Mais ce premier défi en entraine un deuxième, celui d’adapter la forme. C’est-à-dire d’apporter différemment une proximité, un lien de confiance, un non verbal, etc.
– Enfin, le troisième défi, était plus spécifique pour Celencia. Il s’agissait de prouver à Finances & Pédagogie que l’on peut faire une formation à distance efficace.

Former, cela fait partie de notre métier et c’est également dans l’ADN de Finances & Pédagogie. Nous avons essayé d’apporter nos « trucs et astuces » pour former à distance. En aucun cas, l’on ne réinvente le fond, mais l’on peut certainement adapter la forme !

Comment l’équipe Celencia s’y est pris ? Quels axes de différenciation ont été mis en place ?

Florian PAULINE :
Nous avons déjà eu l’occasion de faire des formations à distance, on s’appuie donc sur ce que l’on connait. Mais nous avons voulu aller plus loin, en se prenant au jeu, en poussant hors de notre zone de confort. Activer sa caméra, ce n’est pas simple pour tout le monde, mais cela permet aussi de montrer tout le « non verbal ». Finalement, je pense que l’on est sorti de la formation traditionnelle, celle où l’on essaie d’apporter de la théorie et de la pratique, et l’on s’est focalisé sur ce qui fait et crée les conditions pour que l’on se sente bien dans une formation à distance. En se demandant, comment mettre en place un cadre serein, sympathique, agréable… après tout, le fond d’une formation ne change pas, il faut simplement adapter la forme et rendre convivial et vivant un moment que l’on pourrait imaginer froid et distant ; et c’est cela qui fait toute la différence !

Quel accompagnement avez-vous pu, à votre tour, apporter à vos clients ?

Déli ROYO :
Si vous me permettez l’expression, nous avons appris en marchant. Dans un même temps, nos conseillers étaient formés à l’animation de classes virtuelles et ils initiaient des formations à distance pour certains de nos partenaires.
Nous avons ainsi pu maintenir ce lien indispensable et jouer notre rôle durant cette période.
Nous avons dispensé un peu plus de 300 formations à distance depuis lors. Nous avons également restructuré notre offre, afin de pérenniser, au-delà de la crise, ce nouveau mode de formation. Car nous nous sommes rendus compte que cela pouvait également être une réponse adaptée pour des partenaires dont les bénéficiaires sont éloignés géographiquement les uns des autres, ou même du lieu d’accueil du partenaire. Par exemple, nous avons mis à profit cette période pour former les athlètes de haut niveau boursiers du Pacte de Performance et soutenus par BPCE dans le cadre des JO 2024.
C’est également une bonne réponse lorsque l’aspect logistique de mobilisation d’un espace de formation est plus compliqué pour notre partenaire.
Nous avons donc élargi notre champ d’action et notre offre de formation à nos Partenaires, pour répondre au mieux à leurs besoins et contraintes, tout en poursuivant notre mission d’éducation financière pour tous.

Quels enseignements avez-vous retirés de cette expérience ?

Florian PAULINE :
De mon côté, je retiens une expérience nouvelle, dans un contexte particulier avec un client et des collaborateurs bienveillants. Je me dis que malgré la distance, nous avons su passer un bon moment et j’espère que nous avons pu faire vivre une expérience de formation à distance réussie.

Déli ROYO :
Face à une situation inédite, nous avons su trouver ensemble les bons ressorts pour continuer d’avancer et rebondir afin de trouver de nouvelles opportunités. Toutefois je retiens surtout l’aspect humain, car ces formations nous ont permis certes de nous adapter et de déployer nos propres formations à distance. Mais j’ai aussi vécu ces moments de formation comme des occasions de retrouver du lien en interne à un moment où, celui-ci pouvait cruellement faire défaut et où chacun pouvait se sentir isolé. L’approche proposée par Celencia, en focalisant sur le lien qui se créé même à distance, nous l’avons donc expérimenté et c’est là un enseignement fort que je retiens.

Referiez-vous confiance à Celencia quant à la réalisation de nouvelles missions ?

Déli ROYO :
Celencia nous a apporté un service de qualité et son équipe a su parfaitement s’adapter à nos besoins en nous proposant une approche originale. Pour toutes ces raisons et pour la qualité des relations nouées, il ne fait aucun doute que nous ferions de nouveau appel à Celencia si besoin était dans le cadre de nouvelles missions.