Celencia | Zoom sur la technologie « blockchain »
1582
single,single-post,postid-1582,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-6.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.3,vc_responsive

Zoom sur la technologie « blockchain »

20 jan Zoom sur la technologie « blockchain »

Vous avez dit « blockchain » ?

La blockchain est un système sécurisé et transparent qui rend traçable des transactions grâce à la décentralisation des contrôles.

Cette technologie est disruptive en cela qu’elle fonctionne sans organe central de contrôle.

Cette désintermédiation, en éliminant les frais d’infrastructure et d’administrations,  permet de réduire fortement les coûts de transactions, à ce titre les banques commencent à s’y intéresser 

 

Pour échanger un actif aujourd’hui il vous faut passer par un garant tiers comme la banque pour une transaction financière ou le notaire pour un héritage etc… Mais avec le bitcoin qui est une monnaie décentralisée, première implémentation de l’architecture de la technologie blockchain, il est désormais possible de faire un transfert de la valeur en toute sécurité sans passer par un tiers de confiance donc par un intermédiaire.

Pour garantir la sécurité nécessaire aux transactions, le réseau blockchain rend publics tous les échanges effectués, donc toutes les transactions y sont enregistrées et accessibles (voire blockchain.info). Seul l’anonymat des utilisateurs est préservé. C’est comme si toutes les transactions financières d’une banque étaient disponibles sur Internet en temps réel.

 

 

Quel est son fonctionnement ?

Techniquement, il s’agit d’un vaste réseau, constituant une base de données décentralisée et cryptée, constellé de « nœuds » formés par des serveurs qui participent au fonctionnement du système global.

Il consiste donc à assurer qu’un ensemble de composants informatiques fonctionnant entre eux sache gérer des défaillances ou malveillances pouvant survenir. Le système doit donc être capable de maintenir sa fiabilité dans le cas où une part minoritaire des composants enverrait des informations erronées ou malveillantes pour contourner la vérification d’une fraude.

Pour résoudre cette difficulté, le protocole utilise un système cryptographique fondé sur la décentralisation de preuves : la résolution de la preuve nécessite une puissance de calcul informatique élevée, fournie par les mineurs.

Les mineurs sont des entités dont la fonction est d’alimenter le réseau en puissance de calcul, afin de permettre la mise à jour de la base de données décentralisée (liste des transactions dans le cas du bitcoin). Pour mettre à jour la base de données, les mineurs doivent confirmer les nouveaux « blocs » en décryptant les données.

Il existe une concurrence entre les mineurs pour le décryptage des transactions, permettant à la puissance disponible sur le réseau de croître. N’importe qui peut prêter sa puissance de calcul pour « miner ». Ainsi, le protocole peut devenir quasi-inviolable dès lors que la concurrence est forte à chaque nœud du réseau.

Entre Internet (TCP-IP) et la blockchain existe des parallèles puisque ce sont tous les deux des protocoles permettant la création d’une infrastructure décentralisée. Néanmoins, là où Internet transfère des paquets de données d’un point A à un point B, la blockchain permet à la « confiance » de s’établir entre des parties distinctes. Dit autrement, avec la blockchain, le « tiers de confiance » devient le système lui-même.

blockchain 1

 

Quels sont les autres champs d’application de la blockchain ?

Cette technologie est utilisée pour la certification des diplômes. L’Ecole Supérieure d’Ingénieurs Leonard de Vinci sera la première école française à certifier ses diplômes sur une blockchain. Les employeurs pourront désormais vérifier l’authenticité des diplômes ou certificats de leurs candidats en se rendant sur une plateforme telle que blockchain.info.

Le principe serait d’attribuer à chaque diplôme papier un numéro de diplôme digital (Digital Diploma Number ou DDN) constitué d’une suite de chiffres et de lettres.

La blockchain va permettre également de pallier les fraudes liées à la corruption et au clientélisme dans le secteur de l’immobilier. Les droits de propriétés seront désormais accessibles à tous et à tout moment par la mise en place à l’échelon national d’un outil de cadastre numérique.

Enfin, le secteur de la santé sera aussi gagné par la blockchain par la création d’un dossier médical universel permettant aux patients de garder la possibilité de choisir les données qu’ils souhaitent partager et rendre visible à l’ensemble des professionnels de la santé.

Pour plus d’informations sur les champs d’application, merci de cliquer ici.

Voir également http://blockchainfrance.net/



Nos études de cas peuvent vous inspirer

Nos méthodologies de travail placent l'utilisateur au cœur du dispositif et des enjeux stratégiques de l'entreprise.

Toutes nos études

Une démarche RSE unique

Nos méthodologies de travail placent l’utilisateur au cœur du dispositif et des enjeux stratégiques de l’entreprise. Les collaborateurs de Celencia bénéficient et appliquent la dimension sociale et environnementale au quotidien.

  • Garantir la diversité des profil collaborateurs
  • Labélisé RSE
  • Une équipe dirigeante impliquée et engagée
charte-diversite

Garantir la diversité des profils et des collaborateurs

label-lucie

Labellisé RSE

dirigeants-responsables

Une équipe dirigeante impliquée

et engagée

En savoir plus

À propos de Celencia

Celencia est un cabinet de conseil indépendant, dont la vocation est d’accompagner durablement les entreprises du tertiaire financier dans le management de leurs organisations et l’évolution de leurs systèmes d’information.

En savoir plus

LYON

NANTES

NIORT

PARIS